LA PHILOSOPHIE DE LA LIBERTÉ

Présentation .................................................................................7
Préface à la nouvelle édition ..........................................................15

LA SCIENCE DE LA LIBERTÉ

I. L'action humaine consciente ........................................................21
II. Le besoin de connaissance......................................................... 31
III. La pensée, instrument de conception du monde............................39
IV. Le monde comme perception .....................................................57
V. La connaissance de l'univers...................................................... 79
VI. L'individualité humaine...............................................................101
VII. Existe-t-il des limites à la connaissance ?..................................109

LA RÉALITÉ DE LA LIBERTÉ

VIII. Les facteurs de la vie..............................................................131
IX. L'idée de la liberté....................................................................139
X. Philosophie de la liberté et Monisme..........................................165
XI. La finalité dans l'univers et la finalité existentielle
(Destination de l'homme)..............................................................175
XII. L'imagination morale (Darwinisme et Moralité)............................181
XIII. La valeur de l'existence (Pessimisme et Optimisme)..................195
XIV. L'individualité et l'espèce.........................................................223

DERNIERS PROBLÈMES

Les conséquences du Monisme....................................................231
Premier supplément à la nouvelle édition........................................243
Deuxième supplément..................................................................251
Index..........................................................................................257
Lexique des philosophes cités......................................................259

LE CINQUIÈME ÉVANGILE

La Chronique de l'Akasha - Le Cinquième Evangile...........................7

Cinq conférences prononcées à Christiania (Oslo) en octobre 1913.

Première conférence, 1er octobre 1913.............................................9
Deuxième conférence, 2 octobre 1913.............................................23
Troisième conférence, 3 octobre 1913.............................................38
Quatrième conférence, 5 octobre 1913............................................52
Cinquième conférence, 6 octobre 1913............................................70
Le Cinquième Évangile ..................................................................99

Trois conférences prononcées à Berlin en 1913/14.

Première conférence, 21 octobre 1913...........................................101
Deuxième conférence, 6 janvier 1914.............................................117
Troisième conférence, 13 janvier 1914............................................133
Notes..........................................................................................151

L' ÉSOTÉRISME CHRÉTIEN

Avant-propos d'Edouard Schuré......................................................5

I. L' Enfantement de l' Intellect et la Mission du Christianisme...........19
II. La Mission des Manichéens.......................................................25
III. Dieu, l' Homme et la Nature.......................................................29
IV. Involution et Évolution ..............................................................34
V. Yoga orientale et occidentale....................................................40
VI. Yoga oriental et occidentale (fin)...............................................47
VII. L' Évangile de Saint-Jean et l' Occultisme..................................53
VIII. L e Mystère chrétien...............................................................58
IX. L e Plan astral..........................................................................66
X. Le Plan astral (fin).....................................................................75
XI. Le Devachan............................................................................82
XII. Le Dévachan (fin).....................................................................89
XIII. Le Logos et le Monde..............................................................97
XIV. Le Logos et l' Homme............................................................105
XV. L' Évolution des Planètes et de la Terre....................................110
XVI. Tremblements de terre, Volcans et Volonté humaine................117
XVII. La Rédemption et la Libération...............................................125
XVIII. L'Apocalypse.......................................................................133

DONNÉES DE BASE POUR UN
ÉLARGISSEMENT DE L' ART DE GUÉRIR

Avertissement de l'éditeur...............................................................7
Introduction d l'édition française.......................................................9
Préface de la première édition........................................................15

I. Une vraie connaissance de l'homme, base de l'art médical.............17
II. Pourquoi l' homme tombe-t-il malade ?........................................29
III. Les manifestations de la vie.......................................................35
IV. De la nature de l'organisme sensible..........................................41
V. La plante - l'animal - l'homme.....................................................47
VI. Le sang et le nerf.....................................................................53
VII. La nature de l'action thérapeutique............................................59
VIII. Activités dans l'organisme humain. Le diabète sucré..................63
IX. Le rôle des protéines dans le corps humain et l'albuminerie..........69
X. Le rôle des graisses dans l'organisme
humain et les syndromes locaux trompeurs.....................................73
XI. De la goutte et de la conformation du corps humain ....................77
XII. Édifications et sécrétions de l'organisme humain........................81
XIII. De la nature de la maladie et de la guérison..............................87
XIV. De la pensée thérapeutique.....................................................93
XV. La thérapeutique.....................................................................97
XVI. Connaissance du remède.......................................................101
XVII. La connaissance de la substance
base de la connaissance du remède..............................................107
XVIII. L'eurythmie curative.............................................................111
XIX. Quelques cas caractéristiques de maladie...............................115
XX. Remèdes types......................................................................143
Postface.....................................................................................153
Notes des éditeurs.......................................................................155
Index..........................................................................................156

COURS D' EURYTHMIE DE LA PAROLE

Extrait de la préface de Marie Steiner à l'édition de 1927...................9

COURS D'EURYTHMIE DE LA PAROLE

Table analytique...........................................................................13

Première conférence, Dornach, 24 juin 1924....................................21
L'eurythmie, un langage visible

Deuxième conférence, Dornach, 25 juin 1924..................................31
Le caractère des différentes sonorités

Troisième conférence, Dornach, 26 juin 1924...................................39
Le geste vécu et le geste modelé

Quatrième conférence, Dornach, 27 juin 1924..................................49
Les sonorités en relation les unes par rapport aux autres

Cinquième conférence, Dornach, 30 juin 1924..................................57
Le contenu affectif de l'âme en poésie

Sixième conférence, Dornach, 1er, juillet 1924.................................65
Caractère des différentsétats émotifs. La couleur, contenu de l'âme

Septième conférence, Dornach, 2 juillet 1924..................................75
Sculpter la parole

Huitième conférence, Dornach, 3 juillet 1924...................................83
Le mot porteur de sens et le mot agent de relations

Neuvième conférence, Dornach, 4 juillet 1924..................................93
La forme artistique du langage

Dixième conférence, Dornach, 7 juillet 1924...................................101
L'être humain et les formes de l'eurythmie

Onzième conférence, Dornach, 8 juillet 1924..................................115
Comment se familiariser avec les gestes et les formes

Douzième conférence, Dornach, 9 juillet 1924.................................121
Influence thérapeutique des formes et des mouvements sur l être moral et psychique et sur la totalité de l'homme

Treizième conférence, Dornach, 10 juillet 1924...............................129
L'atmosphère psychique inspirée par le geste sonore

Quatorzième conférence, Dornach, 11 juillet 1924...........................135
Ordre des mots. Structure de la strophe

Quinzième conférence, Dornach, 12 juillet 1924..............................145
Par l'eurythmie, le corps devient âme

Penmaenmawr, 26 août 1923........................................................155
Nature et naissance de l' Eurythmie

Dornach, 4 août 1922...................................................................166
L' Art de l' eurythmie

Notes..........................................................................................173

LA LIBERTÉ DE PENSER ET
LES MENSONGES DE NOTRE ÉPOQUE

Première conférence, 13 février 1916..............................................12
Le passé et le présent dans l' esprit de l'homme.

À propos de quelques poèmes de Friedrich Lienhard et Wilhelm Jordan. L'art dit « moderne » : une sorte de délire qui agite le monde. Exemples tirés des « Frères Karamazov » de Dostoïevski, et notamment l'épisode du Grand Inquisiteur. Nécessité de se faire des jugements sur le monde qui nous entoure. Comment l'œuvre de Tolstoï a été falsifiée.

Deuxième conférence, 7 mars 1916................................................31
L' entité psychospirituelle de l' homme

Comment l' homme se perçoit lui-même intérieurement. Le rôle du souvenir. Des entités spirituelles travaillent sur nos pensées, nos sentiments et nos impulsions volontaires. L' hérédité n'explique pas les facultés de l' individu. Karl Christian Planck : un « idéaliste » qui avait annoncé la première guerre mondiale dès 1880. Le matérialisme mène à la stérilité du penser.

Troisième conférence, 28 mars 1916 .............................................59
Quelques traits de lumière sur les impulsions profondes de l' histoire

L' histoire ne connaît que l' aspect extérieur des événements. H.P Blavatsky : une personnalité hors du commun. Comment l' occultisme britannique agit pour que l' esprit anglo-saxon régisse notre époque. Les confréries occultes s' entendent entre elles pour produire certains enchaînements d'événements. La mise en captivité occulte d' H. P Blavatsky. La Theosophical Society et les « mensonges conscients » de Mrs Besant.

Quatrième conférence, 4 avril 1916................................................ 84
Le signe, l' attouchement et le mot

Les hommes percevaient autrefois le monde élémentaire. Les trois formes de respect dans le Wilhelm Meister de Gœthe. Le signe, l' attouchement et le mot tels qu'ils sont pratiqués chez les francs-maçons agissent sur le corps éthérique, donc sur l'inconscient, si l' on n' a pas d'abord cultivé une connaissance de l' esprit. Ces pratiques permettent d' utiliser les hommes à certaines fins. Les écrits d' Éliphas Lévi et l' activité de Papus vont dans ce sens. Influence des fraternités occidentales en Russie. Les hauts grades de la franc-maçonnerie. Une nouvelle façon d'éduquer les « enfants-génies » viendra de Russie. Peu après l'an 2000, la plus grande partie de l' humanité tombera sous l' influence de l'Amérique, et une sorte de loi interdira aux hommes de penser. Les égarements de la médecine. Tandis que les jésuites et les francs-maçons se combattent extérieurement, des hauts dignitaires des deux tendances s' entendent sur des buts communs.

Cinquième conférence, 13 avril 1916..............................................109
La révélation originelle de l'humanité

Le sublime architecte de l'univers. L' action des esprits élémentaires dans la nature. L' architecture grecque et la clairvoyance. Vitruve. La disparition de toute relation directe avec le monde spirituel au XVe siècle. Savonarole et Pic de la Mirandole. Amos Comenius : le fondateur de l' éducation moderne, et ses relations avec des confréries occultes; exemples tirés de sa Pansophie. À propos de travaux médicaux sur l'hystérie. Comment certaines connaissances spirituelles pénètrent l'humanité : le Golem de Gustav Meyrink.

Sixième conférence, 18 avril 1916..................................................143
Considération pascale

Les symboles de la résurrection, celle d'Hiram et celle du Christ Jésus. La fête de Pâques en lien avec le cosmos. La lumière lunaire et son action sur l' âme humaine. Les pensées trop courtes des hommes d'aujourd'hui : exemples d' E. von Hartmann, G.T Fechner et de quelques autres spécialistes. La Société anthroposophique et les cycles de conférences. « Vendredi saint » du monde et « Pâques » du monde.

Septième conférence, 25 avril 1916................................................166
Le mensonge existentiel de notre époque

La recherche du Verbe perdu. Le corps éthérique humain porte en lui tout le règne animal, le corps astral le règne végétal, et le moi le cosmos minéral. À propos de la façon dont un critique parle du poète Christian Morgenstern. Les mensonges de la presse. La science de la nature et la science de l' esprit seront amenées à se compléter. Les corps éthériques des soldats morts jeunes peuvent aider l' humanité.

Huitième conférence, 2 mai 1916 ..................................................189
L'Utopie de Thomas More

Henri VIII et la fondation de l' Église anglicane. Thomas More et l' Utopie. Étude de quelques passages de l' Utopie. Celle-ci repose sur des expériences du monde astral qui n'ont pas été totalement amenées à la conscience. L' influence des fraternités occultes dans la mort de Thomas More : une illustration de ce qui se trame derrière ce qu'on nomme l' histoire.

Neuvième conférence, 9 mai 1916.................................................209
Rite et symbole. L'État jésuite au Paraguay

La tâche de l'enseignement des Mystères à l'époque gréco-latine. L' influence des jésuites sur le corps astral des hommes, illustréepar leur action au Paraguay (1610-1768). Comment on manipule l' opinion. Une étude « scientifique » des petites annonces. Comment un homme peut être à la fois très intelligent et faible d'esprit. L' eurythmie ridiculisée ou de la difficulté de présenter correctement la science de l'esprit.

Dixième conférence, 16 mai 1916..................................................234
Les forces qui s'opposent à l'esprit. Vérités fondamentales du christianisme

On admire Gœthe, Schiller, etc., sans les comprendre. Un pamphlet de Kotzebue qui ridiculise ces grands esprits. La triple compréhension de l'événement du Christ : Jésus de Salomon, Jésus de Nathan, et le Christ lui-même. Comment la 19e sourate du Coran parle de l' enfant Jésus de Nathan. Notre cerveau est un reste de l'ancienne période lunaire de l'évolution.

Onzième conférence, 23 mai 1916.................................................260
Un épisode tiré de la Haggada juive

Une légende à propos du roi Salomon. Les pieds de l' homme le rattachent à la Terre. Rire et pleurer. La sagesse de Salomon et l' énigme de la mort. L' enseignement de Zarathoustra et la doctrine de la prédétermination chez les musulmans. Les apports différents de chacun des deux Jésus. Le savoir scientifique s' avère incapable de maîtriser les faits.

Douzième conférence, 30 mai 1916...............................................283
L' hommo œconomus

Présenter l'antique sagesse orientale comme si elle était encore valable est luciférien. Exemple du livre d' Omar al Raschid Bey : le But sublime de la connaissance. I' Homoncule de Robert Hamerling illustre ce qu'est le scientifique matérialiste. I' homo sapiens a été remplacé par l' homo œconomus.. Le Renouveau de l' Autriche du Dr. Renner. Comment on dénigre le Christ et le Mystère du Golgotha. Le roman Emanuel Quint, le fou en Christ de Gerhart Hauptmann. La Critique du langage de Fritz Mauthner.

Notes..........................................................................................308

Rudolf Steiner à propos des copies de ses conférences...................317

DERRIÈRE LE VOILE DES ÉVÉNEMENTS

La connaissance du suprasensible et les énigmes de l'âme

Conférence publique, Saint-Gall, 15 novembre 1917.........................13
La science de la nature et la science de l'esprit : leurs caractéristiques. La science de la nature part de la naissance et suit le visible; la science de l'esprit part de l'étude de la mort et explore le suprasensible. Résignation ou courage de connaître aux limites de la connaissance. Du Bois-Reymond - F. Th. Vischer. Représentation - image. Imagination, inspiration, Intuition. Préhension réelle de l'aspect psychique et spirituel de l'homme et de l'univers. La vision du monde matérialiste et celle de la science de l'esprit, leurs conséquences pour la vie après la mort et pour la vie pratique. Le gœthéanisme.

Le mystère du double. La médecine géographique

Saint-Gall, 16 novembre 1917.........................................................61
Le revirement vers le matérialisme, depuis le XVIe siècle, exige actuellement la connaissance spirituelle. L' importance, pour la vie de l'âme après la mort, d'avoir cultivé la science de l'esprit en commun. Des concepts spirituels, une lumière de la connaissance. Le monde spirituel s'étendant jusque dans le monde physique. Le double. Les rapports du double aux différentes irradiations terrestres. La médecine géographique. Les relations avec l' Amérique avant et depuis l'ère de l' âme de conscience. La christianisation iro-écossaise. La Terre, un organisme vivant. Le nationalisme et la culture universelle. Russie - Amérique. La science de l'esprit, une force de vie.

Derrière le décor de l'histoire

Première conférence, Zurich, 6 novembre 1917................................97
Faction de forces bonnes et mauvaises dans les événements historiques. L' interaction entre les vivants et les morts. La particularité de l'époque de civilisation actuelle. La direction des hommes selon des principes occultes. La prise de conscience des secrets de la maladie, de la procréation et de la mort. Le savoir que reçoivent les âmes de personnes tuées par attentat. Les impulsions de pouvoir émanant de confréries occultes. Des tendances visant à paralyser l'évolution spirituelle. 1841, année décisive. Depuis 1879, les esprits des ténèbres agissent dans les âmes des hommes. Les discerner enlève la force à leur action. À propos de l' action en faveur de la science de l'esprit.

Deuxième conférence, Zurich, 13 novembre 1917............................123
Le changement aux temps modernes. Dans le monothéisme, l' homme ne trouve un lien qu'avec l' ange. Les hommes doivent trouver des relations concrètes avec le monde spirituel. Le combat dans le monde spirituel entre 1841 et 1879. Faction des esprits des ténèbres. Les confréries occultes et leurs différentes aspirations. La tâche de la science de l'esprit. L'effet de conceptions matérialistes dans le monde spirituel. La nature de la liberté. La relation avec les morts. À propos de la psychanalyse. Des psychopathies, conséquences de relations injustes avec les morts. La connaissance de l'esprit, un remède. L' action à partir d'impulsions spirituelles et les oppositions.

De la psychanalyse

Première conférence, Dornach, 10 novembre 1917..........................153
Les débuts de la psychanalyse. Breuer. Freud. L' orientation de leur recherche expliquée à l'aide de cas de malades. Adler. La conception de Jung. Les types d'attitude. L'inconscient individuel et l'inconscient collectif. Projection et introjection. La notion de Dieu, une fonction psychique nécessaire. La conception de Jung, l'exemple symptomatique de quelqu'un qui n'approche pas le monde spirituel. Nietzsche, Schopenhauer, Wagner, exemples réels d'activité spirituelle.

Deuxième conférence, Dornach, 11 novembre 1917.........................185
Les réalités de l'âme dont il est question dans la psychanalyse indiquent le spirituel. Le rapport de l' homme avec le monde spirituel. Dessoir et l'anthroposophie, un exemple de la moralité des érudits. Penser, ressentir, vouloir, une unité dans l'âme; se séparant au-delà du seuil; se mélangeant dans le subconscient lorsque le je est faible. Hystérie et nervosité. Les concepts intellectuels sont insuffisants. Le caractère des concepts de la science de l'esprit. La vie de Nietzsche, exemple de l'action d'impulsions spirituelles. Psychanalyse et pédagogie. La thérapie individuelle de la psychanalyse et la thérapie générale de la culture par la science de l'esprit. Critère : une théorie doit pouvoir tenir lorsqu'on l'applique à elle-même.

Les êtres spirituels individuels et le fondement unitaire du monde

Première conférence, Dornach, 18 novembre 1917..........................211
Le spirituel ne peut pas être saisi par le concept de l'inconscient. Où il y a de l'esprit, il y a de la conscience. L'apogée du matérialisme et l'expérience de l'apparition du Christ dans l' éthérique. La confrontation avec le mal, une tâche de l'époque. L'effet de concepts spirituels ou matérialistes dans la vie après la mort. Le spiritisme. Le discerner protège de machinations occultes. L' impulsion du Christ. Des confréries occultes occidentales et orientales tendent à détourner les âmes humaines de l' apparition du Christ. I' impulsion de l' Irlande. L' influence « américaine » écartée. Le subconscient et le double. Sa dépendance du territoire.

Deuxième conférence, Dornach, 19 novembre 1917.........................239
Les confréries occultes et le spiritisme. Les contradictions de la vie. Le fondement unitaire du monde et l'action d'individualités spirituelles différentes. La réalité de la vie et l' absence abstraite de contradiction. La nature indique un fondement unitaire du monde. L' action d'esprits contradictoires dans les décors s'offrant aux sens. Les êtres élémentaires. Penser, ressentir, vouloir et L' intervention d'entités différenciées. Le mal. Le surmonter à l'aide de l' impulsion du Christ. La liberté de l' homme face au spirituel. L' Irlande et la christianisation de l' Europe. Le double et la liberté. La division taylorienne du travail à titre d'exemple.

Troisième conférence, Dornach, 25 novembre 1917.........................263
Ce qui est périmé dans la vie spirituelle ancienne - les impulsions nouvelles d'avenir de la science de l'esprit. Les grandes questions de la vie : emploi des forces éthériques dans des machines, maîtrise de la vie, de la maladie et de la mort. Mainmise sur la procréation et la naissance. Laisser passer les impulsions spirituelles en dormant, les saisir en toute liberté. La pierre philosophale. Dieu, vertu, immortalité. Leur interprétation par les confréries occultes en biaisant. Tenir compte de l' élément cosmique de manière altruiste : une exigence du temps. L' utilisation de cet élément par des confréries occidentales et orientales. L' action des morts en toute liberté, à partir du monde spirituel - leur introduction, dans l' existence terrestre, d'une manière artificielle, tout selon le comportement des hommes terrestres.

Notes de carnet de Rudolf Steiner (fac-similés)...............................288
Notes.........................................................................................290

Index des noms propres...............................................................312
Rudolf Steiner à propos des copies de ses conférences..................313

LA MÉTAMORPHOSE DES PLANTES

Présentation de l'édition de 1992.....................................................7
Présentation de l'édition de 1975.................................................... 9

Rudolf Steiner: Introduction (1884)..................................................15

Gúthe:

I. Objet et méthode de la morphologie................................................................71

Formation et transformation des êtres organiques............................73
L'auteur excuse son entreprise (73). Il introduit son dessein (75). II donne un avant-propos à son contenu (80).

Histoire de mes études de botanique..............................................85

II. La métamorphose des plantes......................................................................107

A. Essai d'expliquer la métamorphose des plantes (1790)................109
Introduction (109). Des cotylédons (112). Développement des feuilles sur la tige d'un nœudà l'autre (117). Passage à l'inflorescence (125). Formation du calice (126). Formation de la corolle (130). Formation des étamines (133). Nectaires (135). Encore quelques remarques sur les étamines (142). Formation du style (145). Des fruits (148). Des enveloppes immédiates de la graine (154). Rétrospective et transition (157). Des yeux et de leur développement (158). Formation des fleurs et fruits agrégés (161). Rose prolifère (165). oeillet prolifère (166). Théorie de l'anticipation de Linné (168). Récapitulation (171).

B. Suite......................................................................................175
Sort du manuscrit........................................................................175
Sort du texte imprimé ..................................................................179
Découverte d'un excellent prédécesseur.........................................186
Kaspar Friedrich Wolff sur la formation de la plante.........................188
Quelques remarques....................................................................190
Un événement heureux.................................................................192
Transition....................................................................................197
Faculté de juger intuitive...............................................................198
Réflexion et résignation............................................................... 200
Impulsion formatrice.....................................................................202
Problème et réponse....................................................................204
Travaux ultérieurs et collections (extraits).......................................215
Exhortation amicale.....................................................................219
Effet produit par mon écrit sur la métamorphose des plantes............221

III. Préliminaires et prolongements....................................................................229

Travaux préliminaires à la morphologie (1788-1789).........................231
1. a) Des cotylédons................................................................... 231
b) Introduction.............................................................................233
c) Lois de formation des plantes...................................................238
2. Métamorphose des plantes. Second essai (1790).......................246
3. Bourgeons, stolons................................................................. 250
4. Tuniques séminales.................................................................252
5. Propriétés des Monocotylédones..............................................253

Essais sur la méthode de la botanique......................................... 255
1. Ordre de l'entreprise................................................................ 255
2. Travaux préliminaires à une physiologie des plantes....................261
3. Schéma général pour l'ensemble du Traité de morphologie..........262
4. Considérations sur la morphologie.............................................263

Textes annexes à l'essai sur la métamorphose des plantes.............271
Action de la lumière.....................................................................271
Marche de la métamorphose....................................................... 273
Remarques à propos du 15e paragraphe de ma
Métamorphose végétale..............................................................274
A propos du paragraphe 15 de la Métamorphose des plantes..........274
De la tendance spirale................................................................ 279

Appendice...................................................................................301
Hymne à la nature (1783).............................................................303
Extraits des Maximes en prose.................................................... 307

Correspondance (extraits).............................................................321
Quelques indications bibliographiques............................................337

TRAITÉ DES COULEURS

Préfaces.......................................................................................9
Introduction au Traité des Couleurs par Rudolf Steiner......................19
Gœthe et l'illusionnisme scientifique (1891) ....................................21

Gœthe penseur et chercheur (1891):

1. Gœthe et la science moderne.................................................... 25
2. Le « phénomène primordial »......................................................30
3. Le système des sciences de la nature........................................38
4. Le système du Traité des Couleurs.............................................40
5. Le concept goethéen d'espace ..................................................42
6. Gœthe, Newton et les physiciens...............................................46

Gœthe contre l'atomisme (1895).....................................................51
Avant-propos de Gúthe.................................................................71
Introduction de Gúthe.................................................................. 79

Première section : Couleurs Physiologiques....................................................87
Lumière et obscurité présentées à l'œil : 90 - Figures noires et blanches présentées à l'œil : 92 - Surfaces et figures grises : 96 - Figure incolore éblouissante : 98 - Figures colorées : 100 - Ombres colorées : 105 - Lumières faibles : 110 - Les halos subjectifs : 112.

Couleurs Pathologiques (Appendice)...............................................................114

Deuxième section : Couleurs Physiques.........................................................121
Couleurs dioptriques : 124 - Couleurs dioptriques de la première classe : 125 - Couleurs dioptriques de la deuxième classe : 132 - Réfraction sans apparition de couleurs : 135 - Conditions de l'apparition des couleurs : 136 - Conditions déterminant des couleurs plus intenses : 138 - Explication des phénomènes décrits : 141 - Affaiblissement du phénomène chromatique : 145 - Figures grises déplacées par réfraction 147 - Figures colorées déplacées par réfraction : 148 - Achromatisme et hyperchromatisme : 155 - Avantages des expériences subjectives; passage aux objectives : 157 - Les expériences objectives : 158 - Réfraction sans apparition de couleurs : 159 - Conditions de l'apparition des couleurs : 160 - Conditions dans lesquelles le déplacement s'accroît : 163 - Déduction des phénomènes exposés : 166 - Décroissance du phénomène coloré : 167 - Images grises : id. - Images colorées : 168 - Achromatisme et hyperchromatisme : 169 - Expériences objectives et expériences subjectives combinées 170 - Avant de poursuivre : 171- Couleurs catoptriques : 174 - Couleurs paroptiques : 178 - Couleurs époptiques : 185.

Troisième section : Couleurs Chimiques........................................................197
L'opposition chimique : 199 - Déduction du blanc : 200 - Déduction du noir : 201 - Production de la couleur : id. - Intensification : 204 - Culmination : 205 - Équilibres : 206 -
Parcours total du cercle : 207 - Retournement : 208 - Fixation : 209 - Mélange réel : 210 - Mélange apparent : 211 - Transmission réelle : 213 - Transmission apparente : 215 - Décoloration : 216 - Nomenclature : 219 - Minéraux : 220 - Plantes : 221 - Vers, insectes, poissons : 224 - Oiseaux : 227 - Mammifères et humains : 229 - Effets physiques et chimiques de l'éclairage coloré : 231- Effets chimiques lors de l'achromatisme dioptrique : 233.

Quatrième section : Vues Générales Internes................................................235
Vues générales sur l'aspect interne : 236 - Que la couleur naît facilement : id. - Que la couleur est énergique : 237 - Que la couleur est bien déterminée : 238 - Mélange des deux aspects id. - Intensification vers le rouge : 239 - Réunion des termes intensifiés : id. - Caractère complet du phénomène multiple 240 - Concordance du phénomène complet : id. - Que la couleur vire facilement d'un côté à l'autre : 241 - Que la couleur disparaît facilement : id. - Que la couleur se fixe : 242.

Cinquième section : Rapports de Voisinage...................................................243
Rapport avec la philosophie : 244 - Rapport avec la mathématique : 246 - Rapport avec la technique du teinturier 248 - Rapport avec la physiologie et la pathologie : 249 -
Rapport avec l'histoire naturelle : 250 - Rapport avec la physique générale : id. - Rapport avec l'acoustique : 253 - Considérations finales sur la langue et la terminologie : 254.

Sixième section: Effet physique-Psychique de la Couleur........................... 257
Jaune : 259 - Jaune-rouge : 260 - Rouge-jaune : 261 - Bleu : id. - Bleu-rouge : 262 - Rouge-bleu : id. - Rouge 263 - Vert : 264 - Totalité et harmonie : id. - Combinaisons caractéristiques : 267 - Jaune et bleu : id. - Jaune et pourpre : 268 - Bleu et pourpre : id. - Rouge-jaune et rouge-bleu : id. - Combinaisons sans caractère : id. - Rapport des combinaisons avec le clair et le foncé : 269 - Considérations historiques : 270 - Effet esthétique : 272 - Clair-obscur : id. - Aspiration vers la couleur : 273 - Position face à l'objet : 274 - Coloris : 275 - Coloris du lieu : id. - Coloration des objets : id. - Coloration caractéristique : 276 Coloration harmonieuse : 277 - Ton authentique : 278 - Ton faux : id. - Coloris faible : id. - Le bigarré : 279 - Crainte du théorique : id. - But final : id. - Les fonds : 280 - Pigments 281-Emploi allégorique, symbolique, mystique de la couleur 282 - Pour terminer : 283.

Appendice : Trois essais théoriques de Gúthe..............................................287
La médiation de l'objet et du sujet dans la démarche
expérimentale (1792-1823)............................................................288
Observation et pensée(1795).........................................................297
Expérience vécue et science (1798)...............................................299

Quelques indications bibliographiques............................................301

MARIE STEINER DE SIVERS
UNE VIE POUR L' ANTHROPOSOPHIE

Avant-propos................................................................................ 9

PREMIÈRE PARTIE

I. « Je cours vers le but fixé... »
Années d'adolescence et d'études en Russie : 15 - En quête du sens de l'existence en se mettant au service du peuple russe : 32 - Peut-on trouver dans l' Art le sens de l'existence ?: 37 - Études de l'art de la récitation française : 40 - « Vous avez à contribuer à l' Élévation du niveau de l'art dramatique » : 40 - Brève esquisse biographique sur Maria de Strauch-Spettini : 41 - Maria de Strauch-Spettini prépare Marie de Sivers à la carrière d'actrice : 42 - Renonciation à la carrière d'actrice : 56.

II. A la rencontre de Rudolf Steiner
Du théâtre initiatique à venir, idéal d'Edouard Schuré, à la théosophie et à Rudolf Steiner: un chemin : .59 - Au temps de la première rencontre avec Rudolf Steiner : 68 - Bologne - premier engagement en faveur de la théosophie : 82.

III. Décision de collaborer avec Rudolf Steiner
La question décisive posée à Rudolf Steiner : 97 - La condition que pose Rudolf Steiner pour accepter l'offre de diriger la Société théosophique berlinoise : 99 - Préparation de la fondation de la Section allemande de la Société théosophique : 103.

SECONDE PARTIE

IV. « J'avais à rédiger ces choses et à faire des conférences, Madame Steiner organisait toute la Société anthroposophique »
Bref aperçu : 111 - Ensemble ils fondent la Section allemande de la Société théosophique : 118 - « Nous créâmes, Marie de Sivers et moi, la revue mensuelle "Lucifer" » : 121 - Marie de Sivers : H.P. Blavatsky et Annie Besant : 128 - Organisation des conférences, accompagnatrice et interprète : 134 - Voyages en commun jusqu'à la séparation d'avec la Société théosophique et la fondation de la Société anthroposophique : 135 - Voyages en commun en Italie : 153 - Voyages en commun depuis la fondation de la Société anthroposophique : 165 - Collaboration dans le domaine ésotérique : 175 - Première disciple ésotérique de Rudolf Steiner : 175 Cofondatrice et codirectrice de la section de connaissance cultuelle de l'écoleésotérique de Rudolf Steiner, de 1904 à 1914 : 176 - Mission dans le cadre de la tentative visant à instituer en 1911 un organisme ésotérique : 177 - Tâche au sein de l'« Université libre de Science de l'esprit», créée en 1924 : 179.

V. Élaboration en commun d'un théâtre moderne de mystère
Point de départ: le perfectionnement de l'art de la récitation d'après les données de la conception spirituelle du monde : 183 - Les séances de récitation données par Marie de Sivers lors des conférences de Rudolf Steiner: point de départ de l'impulsion artistique au sein du mouvement anthroposophique : 190 - Les festivals des Drames-Mystères : 199 - Le «Drame sacré d'Éleusis» d'Édouard Schuré ' Première à Munich 1907 : 200 - « Les Enfants de Lucifer » d'Édouard Schuré Première à Munich 1909 : 230 - Les quatre Drames-Mystères de Rudolf Steiner Premières à Munich de 1910 à 1913 : 246 - Réanimation des Jeux de Noël issus du folklore ancien, dans les Ateliers d'art, à Berlin : 252 - La construction d'un théâtre particulier destiné aux Mystères : 266 - L'incendie du Gœthéanum : 278 - Formation d'artistes : 282 - Constitution d'une troupe d'eurythmie et élaboration de la récitation destinée à l'eurythmie : 282 - Tournées avec la troupe d'eurythmie : 284 - Directrice de l'eurythmie à l'école Waldorf de Stuttgart et à l'école d'eurythmie : 286 - Constitution d'une troupe d'art dramatique : 287 - Constitution d'un chœur parlé : 290 - Directrice du théâtre au Gúthťanum (1925-1948) : 292.

VI. Éditrice de Rudolf Steiner
La création de sa propre maison d'édition : 297 - Gérante et éditrice des œuvres complètes de Rudolf Steiner : 310 - Textes de conférences publiés avant la création de la maison d'édition : 310 - L'organisation du travail des sténographes : 314 - Organisation de la reproduction des textes de conférences : 320 - Impression des textes de conférences : 322 - Elle gère à distance la maison d'édition : 324 - Transfert des Éditions de Berlin à Dornach : 341 - Annexe: Johanna Mücke, « l'indispensable troisième de l'alliance » : 351 - Marie Steiner: A l'occasion du 80e anniversaire de Mlle Johanna Mücke : 351 - Émil Leinhas: A l'occasion de la mort de Johanna Mücke : 356.

TROISIÈME PARTIE

VII. Le lien personnel avec Rudolf Steiner
« Marie de Sivers et moi fûmes bientôt liés par une profonde amitié » : 361 - Amitiés communes : 367 - Les conditions d'habitation : 385 - Résistances contre leur lien étroit : 390 - Fin de l'amitié avec Schuré : 393.

VIII. Les deux dernières années d'activités en commun
Engagement en faveur de la création de la nouvelle Société anthroposophique :401 - Au temps de la maladie de Rudolf Steiner :407 - Le décès de Rudolf Steiner : 412.

IX. Les années après la mort de Rudolf Steiner
Les années après la mort de Rudolf Steiner : 414.

Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .423

VÉRITÉ ET SCIENCE

Prologue à une Philosophie de la Liberté

Ce livre, paru en 1892, se veut un prélude à une Philosophie de la Liberté (qui paraîtra en 1895). L'auteur expose sa conception de «La vérité comme acte de liberté». Partant de la théorie de la connaissance de Kant, il conclut que toute conception du monde ne peut partir que de l'exacte connaissance de la nature même du savoir.

LES ÉNIGMES DE LA PHILOSOPHIE

Esquisse d'une histoire de la philosophie. Un fil conducteur
permettant de rendre cohérent l'aspect chaotique de la pensée humaine.

Première partie: Vision du monde des penseurs grecs. Vie de la pensée depuis le début de l'ère chrétienne jusqu'à Scot Erigène. Les conceptions du monde du Moyen Âge. Celles de l'époque la plus récente de l'évolution de la pensée. L'époque de Kant et de Gúthe. Les conceptions du monde radicales et réactionnaires.

Deuxième partie: Le combat pour l'esprit. Darwinisme. Le monde comme illusion. Les conceptions du monde du réalisme scientifique. Les conceptions du monde modernes idéalistes. L'homme moderne et sa vision du monde. Perspectives ouvrant sur une anthroposophie présentée sous forme d'esquisse.

NIETZSCHE

Un homme en lutte contre son temps

A cause de ce livre, on a dit de Rudolf Steiner qu'il était un partisan de Nietzsche, alors qu'il était simplement capable d'admirer les idées les plus opposées aux siennes. Pour l'auteur, le génie de Nietzsche n'est pas dans les pensées nouvelles, mais dans ce qu'il a eu à souffrir des pensées de son temps. Le caractère de Nietzsche. Le surhomme. L'évolution de Nietzsche. La philosophie de Nietzsche comme problème psychopathologique. La psychologie et la personnalité de Nietzsche. Discours à la mémoire de Nietzsche.

UNE THÉORIE DE LA CONNAISSANCE CHEZ GŒTHE

La pensée scientifique de Gúthe, selon la méthode de Schiller.

Expérience: Concept et contenu de l'expérience. Révision d'une conception erronée de l'expérience.
Pensée: Expérience supérieure dans le domaine de l'expérience. Pensée et conscience. Nature intrinsèque de la pensée.
Science: Pensée et perception. Entendement et raison. Acte de connaissance. Fondement des choses et connaissance.
Connaissance de la nature: Nature inorganique, nature organique.
Science de l'esprit: Esprit et nature. Connaissance psychologique. Liberté humaine. Optimisme et pessimisme. Connaissance et création artistique.

GŒTHE ET SA CONCEPTION DU MONDE

Un exposé condensé de l'étude approfondie faite par Rudolf Steiner lors de la préparation de l'édition des œuvres de Gúthe, où lui furent confiées les Œuvres scientifiques. La position de Gúthe dans l'évolution de la pensée occidentale. Gúthe et Schiller. Le Platonisme, ses conséquences. Gúthe et le Platonisme. Personnalité et conception du monde. La métamorphose dans les phénomènes universels. Nature et développement des êtres humains: la théorie de la métamorphose. Le monde de la couleur. Idées sur l'évolution de la terre et les phénomènes atmosphériques.

PHILOSOPHIE ET ANTHROPOSOPHIE

Platon et une pensée riche, libérée des sens. Les mathématiques, expression des lois spirituelles dans le monde sensible. L'ésotérisme dans la création artistique de Gúthe. Mystique devenue impulsion artistique. Besoin inné de la connaissance de soi. Exercices destinés à développer les facultés de l'âme. Contenu et nature de la méditation. Conditions pratiques de la méditation à l'époque moderne. Première manifestation de la connaissance suprasensible : la pure pensée libérée.

CONNAISSANCE, LOGIQUE, PENSÉE PRATIQUE

Pragmatisme et raison pure. Jugement idéel et réalité expérimentale. Limites de la connaissance. La «chose en soi» chez Kant. L'expérience suprasensible, un fait de croyance. Subjectivisme et illusionnisme. Le moi et le non moi. Valeur scientifique et philosophique de l'anthroposophie. Nominalisme. Insuffisance logique de la pensée scientifique. Sensation, impression, perception, représentation, concept. Élaboration d'un concept et d'un jugement. Logique formelle. Jugements analytiques et synthétiques. Passage du jugement juste au jugement valable. Système des catégories. Exercices pour accéder à une pensée conforme à la réalité. Intérêt pour le monde extérieur, identification avec son agir en nous sans s'immiscer dans le processus. La réalité spirituelle de la pensée et la démarche intellectuelle.

CULTURE PRATIQUE DE LA PENSÉE

Adaptation à la vie concrète. Souplesse et mobilité de la pensée. Exercices pour la mémoire et contre les automatismes de la vie courante.

Nervosité et le moi
Précipitation, manque de décision. Bourrage de crâne scolaire. Mouvements désordonnés. Développement de la volonté.

Tempéraments
Compréhension d'autrui grâce à la connaissance des tempéraments. Tempérament rencontre de deux courants, hérédité et fruit des incarnations antérieures. Pédagogie et connaissance des tempéraments. Dangers des divers tempéraments.

LES SOURCES SPIRITUELLES DE L'ANTHROPOSOPHIE

Nature de l'agnosticisme. Les déviations qu'elle entraîne au niveau des représentations, du sentiment et de la volonté. La perception, une illusion ? La pensée, une abstraction? Expérience de la liberté et investigation suprasensible. Le drame de Nietzsche. Expérience et connaissance saine chez Gúthe et vision morbide chez Swedenborg. Connaissance imaginative et vie du souvenir au sein de la démarche de la connaissance suprasensible. Les dangers du yoga. Nécessité naturelle et foi. Le chemin de la connaissance intuitive. Les intuitions morales.

LA RÉALITÉ DES MONDES SUPÉRIEURS

Les bases de l'anthroposophie

Franchissement des limites de la connaissance par la pensée imaginative. Vision intérieure et tableau de l'existence. Vide de la conscience. Inspiration. Yoga. Médiumnité. Imagination morale. Les rencontres liées par le destin. Liberté et nécessité. Désir et volonté. Éducation de soi. Vision et hallucination. Télépathie, télékinésie. Apprentissage de la solitude. Réanimation intérieure du christianisme. Le Mal. Dieu le Père. Athéisme et maladie. Vie de l'esprit et vie économique. Partage du travail. Aspect individualiste de la consommation. Gestion du capital.

ANTHROPOSOPHIE

L'homme et sa recherche spirituelle

De la conscience méditative. Passage du savoir à la connaissance initiatique. De la pensée renforcée et de l'Homme second. De la respiration. De l'Homme aérien. L'Amour, force de connaissance. Organisation du Moi. Pensées cosmiques agissantes et l'air expiré. De la vie de rêve à l'imagination. L'expérience des entités spirituelles. La base du karma. Les impulsions pour une compensation dans une vie terrestre nouvelle.

INITIATIONS ANTIQUES
VISIONS INITIATIQUES MODERNES

Histoire du monde à la lumière de l'anthroposophie

Origine des monuments commémoratifs. Mémoire «localisée», rythmique. Évolution orientale ancienne. Forces de la mort. Gilgamesch et Eabani. leur réincarnation en Aristote et Alexandre. Expéditions. Fondation des Académies. Julien l'Apostat. Conquêtes arabes en Espagne. Scolastique. Les métaux. Les éléments. Les Hiérarchies. L'expérience de la lumière et des ténèbres. L'air comme ombre de la lumière. L'enthousiasme ardent.

LE CONGRÈS DE NOËL

Conférence d'ouverture. Pose de la Pierre de Fondation et paroles rythmées prononcées à cette occasion. La jalousie des Dieux, l'envie des hommes. Rétrospective sur l'incendie du Gútheanum dans la nuit de la Saint Sylvestre 19221923.

LES 19 LETTRES AUX MEMBRES

Le juste rapport de la Société avec l'anthroposophie. Position des membres à l'égard de la Société. Directives anthroposophiques. Aspiration à la connaissance et discipline intérieure. Travail dans la Société. Présentation des vérités anthroposophiques. Enseignement de l'anthroposophie. Forme à donner aux réunions de branche. Nature de l'homme. Comprendre l'esprit, faire l'expérience du destin.

LA FONDATION DE LA SOCIÉTÉ ANTHROPOSOPHIQUE

Complément au Congrès de Noël

On trouve ici les idées, tendances et projets pour le renouvellement de la Société, pour l'établissement de l'Université Libre, pour la reconstruction du Gútheanum, qui ont pu se réaliser jusqu'à la mort de Rudolf Steiner. Préface de Marie Steiner à la 1er édition de 1944. Allocution de Rudolf Steiner sur l'eurythmie. Conférence d'ouverture : l'action de l'eurythmie, de la déclamation. Appel à fonder une communauté en faveur de l'Anthroposophie. Fondation : réponses aux questions, commentaires. Exposé à l'association des écoles, projet de la future construction. Discussion des délégués sous la direction de Rudolf Steiner. Conférence du 31 décembre : La jalousie des Dieux, la jalousie des hommes. Ephèse, le Gútheanum. Conférence du 1e' janvier 1924 : La manière juste d'entrer dans le monde spirituel. Paroles d'adieu.
Postface de Marie Steiner à la 1er édition en 1944.

Haut de page
Suivant